Changer de gestion de copropriété : le guide complet

Note cet article

La gestion de copropriété est une fonction essentielle pour assurer le bon fonctionnement d’une copropriété. Elle englobe notamment la gestion locative, le contrat de syndic, l’assemblée générale et bien d’autres aspects. Toutefois, il arrive parfois que les choses ne se passent pas comme prévu et qu’il faille changer de gestionnaire de copropriété pour garantir un meilleur service aux copropriétaires.

Pourquoi changer de gestion de copropriété ?

Plusieurs raisons peuvent amener les copropriétaires à souhaiter un changement de syndic :

  • Une gestion défaillante : lorsque le syndic ne parvient pas à remplir correctement ses missions et commet des fautes relatives à la gestion courante.
  • Un manque de réactivité et de disponibilité : face aux demandes des copropriétaires, il est primordial que le gestionnaire fasse preuve de réactivité et soit disponible pour répondre rapidement aux questions et prendre en compte les demandes.
  • Des honoraires trop élevés : si les coûts de gestion sont jugés excessifs, les copropriétaires peuvent être tentés de chercher un syndic proposant des tarifs plus compétitifs.
  • Des compétences insuffisantes : si le gestionnaire de copropriété ne dispose pas de l’expertise requise, cela peut engendrer des problèmes dans le suivi des travaux ou des conflits avec les autres intervenants.
A lire également:  4 critères de choix d’une banque suisse

Comment procéder au changement de gestion de copropriété ?

Première étape : réunir les informations et évaluer la situation

Il est essentiel d’analyser la situation actuelle en faisant le point sur les problèmes rencontrés avec le syndic en place. Exprimez vos attentes et définissez clairement les critères que vous souhaitez mettre en avant dans votre recherche d’un nouveau gestionnaire de copropriété.

Deuxième étape : consulter les autres copropriétaires

Le changement de syndic doit être une décision collective. Échangez avec les autres copropriétaires pour recueillir leurs avis et identifier les points qui posent problème dans la gestion actuelle. Organisez, si nécessaire, une réunion informelle pour discuter des options envisagées et présenter les alternatives possibles.

Troisième étape : inscrire la question du changement de gestion à l’ordre du jour de l’assemblée générale

Pour changer de gestion de copropriété, il faut passer par une assemblée générale. Inscrivez donc la question du changement de syndic à l’ordre du jour de la prochaine assemblée générale.

Révoquer ou ne pas renouveler le contrat du syndic actuel

Lorsque vient le moment de trancher sur la question du changement de gestion, deux scénarios sont envisageables :

  1. La révocation du mandat : si les fautes et manquements du syndic sont suffisamment graves, il est possible de demander sa révocation. Ceci nécessite un vote à la majorité absolue lors de l’assemblée générale.
  2. La non-renouvellement du contrat : le contrat de syndic a une durée limitée (généralement trois ans), à la fin de laquelle il doit être renouvelé ou non. Si vous choisissez de ne pas renouveler le contrat, vous devrez chercher un nouveau gestionnaire de copropriété pour prendre la relève.
A lire également:  Comment choisir son sac à dos pour la ville?

Trouver un nouveau gestionnaire de copropriété : les critères de sélection

Le choix d’un nouveau syndic doit se faire en fonction des critères que vous avez définis au préalable et pourquoi pas avec un interlocuteur comme Duflair.com. Voici quelques éléments qui peuvent être pris en compte :

  • Les compétences et l’expertise en matière de gestion locative et d’administration de biens : renseignez-vous sur la formation, les certifications et les expériences professionnelles du candidat.
  • La réactivité et la disponibilité : vérifiez que le gestionnaire soit en mesure de répondre rapidement aux demandes des copropriétaires et qu’il dispose des moyens nécessaires pour assurer un bon suivi des dossiers.
  • Les honoraires et coûts de gestion : comparez les tarifs proposés par les différents candidats et assurez-vous qu’ils soient adaptés à votre budget.
  • Les garanties apportées au titre de la loi Hoguet : assurez-vous que le candidat dispose des assurances et garanties requises pour exercer sa profession.

La transition entre l’ancien et le nouveau gestionnaire de copropriété

Une fois que vous avez choisi votre nouveau syndic, il est nécessaire d’organiser la transmission des informations et la passation des pouvoirs. Le nouvel administrateur de biens devra avoir accès à l’ensemble des documents concernant la copropriété (contrats, factures, procès-verbaux d’assemblées générales, etc.) et être informé des éventuels litiges en cours. Il devra également prendre contact avec les prestataires travaillant sur l’immeuble (entretien, travaux, etc.) pour assurer une continuité de service.

Les avantages d’un syndic à taille humaine

Faire appel à un gestionnaire de copropriété à taille humaine, c’est-à-dire une structure indépendante ou de petite taille, peut présenter certains avantages :

  • Une meilleure connaissance de la copropriété et de ses spécificités : le gestionnaire sera moins susceptible de traiter votre bien comme un simple numéro parmi tant d’autres.
  • Une plus grande proximité et réactivité : les gestionnaires à taille humaine sont souvent plus disponibles et à l’écoute des besoins de leurs clients.
  • Des honoraires potentiellement moins élevés : étant donné qu’ils n’ont pas les mêmes charges de fonctionnement que les grandes structures, ils peuvent proposer des tarifs compétitifs.
A lire également:  Envoyer de la marchandise périssable : comment s’y prendre 

En conclusion : un choix essentiel pour votre copropriété

Le choix du gestionnaire de copropriété a un impact direct sur votre quotidien et sur votre budget. Il est donc crucial de bien évaluer les besoins de la copropriété et de choisir le syndic en fonction de ses compétences, de sa réactivité, de sa disponibilité et de ses honoraires.

Elimit est un blog sur la technologie et les affaires qui offre des conseils sur la façon de réussir dans le domaine de la technologie, et de réussir dans le développement des affaires et du travail.