RSE : connaissez-vous l’impact environnemental de votre site ?

Note cet article

L’environnement n’est pas uniquement impacté par les activités physiques. Selon de récentes études, le digital représente aussi une importante source de pollution. Découvrez ici comment évaluer l’empreinte carbone de votre site web et les méthodes adéquates pour réduire son impact sur l’environnement.

Pourquoi vous préoccuper de la RSE de votre entreprise ?

La RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises) est une démarche qui vise à intégrer les enjeux environnementaux et sociaux dans le mode de fonctionnement des entreprises. Elle contribue à la réduction de l’impact environnemental du tissu économique de toutes les sociétés.

En tant que chef d’entreprise, évaluez le taux de pollution que génère l’ensemble de vos activités, y compris en ligne. De la sorte, vous pourrez optimiser l’empreinte environnementale de votre site web en tenant compte des résultats de ces analyses. L’objectif est de lutter efficacement contre le réchauffement climatique qui représente un danger permanent pour la planète.

En ce qui concerne le domaine social, la RSE vise à améliorer les conditions de travail des salariés. Compte tenu de tous les cas de burn-out enregistrés ces dernières années, il s’avère plus bénéfique pour les sociétés de prendre conscience de l’importance du capital humain.

maîtrise impact environnemental site web

Comment évaluer l’impact environnemental de votre site web ?

La majorité des activités humaines entraîne le dérèglement de la biodiversité. Concernant le digital, il s’agit d’une menace moins visible de prime abord. Pourtant, pour fonctionner, une plateforme a besoin d’électricité. Serveurs, centres de données, réseaux de télécommunication et tous les autres outils qui y sont liés dépendent de l’énergie électrique. Idem du côté des visiteurs, qui consultent les sites à l’aide d’appareils consommant de l’électricité.

A lire également:  Quel format vidéo pour TikTok?

Les experts évaluent l’impact environnemental d’un site web en prenant notamment en compte la fréquence d’utilisation de celui-ci. En moyenne, la consultation d’une page de site internet émet 1,76 g de CO2 et 7 g pour une requête sur Google. En considérant donc un site internet qui enregistre 1 000 pages vues quotidiennement, il génère en moyenne 1 760 g de CO2 chaque jour. Cela signifie qu’une page qui attire beaucoup d’internautes contribue plus à la pollution numérique et qu’à audience comparable, une page web non optimisée voit son impact environnemental démultiplié.

Ainsi, pour faire une bonne analyse de l’empreinte écologique de votre site, vous devez tenir compte de sa composition. Il s’agit des médias publiés, du contenu, des scripts, du langage et de leur optimisation. Plus la plateforme a l’air complexe et bien fournie, plus son poids numérique risque d’augmenter.

Quelles mesures prendre pour réduire l’empreinte écologique de votre site ?

La réduction de l’empreinte carbone d’un site internet nécessite d’adopter une certaine sobriété dans sa conception. Le but est de réduire au maximum la production de gaz à effet de serre (et les autres impacts environnementaux) qu’engendre l’utilisation du digital dans le cadre de vos activités. Dans un premier temps, vous devez trouver le moyen d’alléger votre site internet afin de réduire l’impact que crée la navigation sur votre plateforme.

Pour y parvenir, vous pouvez solliciter l’aide de professionnels spécialisés dans ce domaine. Il existe des outils en ligne qui permettent d’avoir un site web écoresponsable et dont l’expérience utilisateur est toujours bien optimisée. Grâce à eux, vous pouvez évaluer sereinement l’empreinte carbone de votre plateforme et identifier les paramètres qui présentent des dangers afin de trouver une solution efficace.

A lire également:  Des logiciels malveillants inscrivent les utilisateurs d'Android à des services d'abonnement coûteux

Elimit est un blog sur la technologie et les affaires qui offre des conseils sur la façon de réussir dans le domaine de la technologie, et de réussir dans le développement des affaires et du travail.