Qu’est-ce qu’un auto-entrepreneur ?

Un auto-entrepreneur (également appelé « micro-entreprise ») est un terme français désignant un propriétaire d’entreprise qui crée et gère son entreprise seul, sans l’aide d’aucun employé.

 

De nombreuses personnes en France choisissent le statut d’auto-entrepreneur, car il offre un haut degré de flexibilité et de simplicité lors de la création et de la gestion d’une petite entreprise. Si vous souhaitez devenir auto-entrepreneur, ou si vous êtes simplement curieux de savoir ce que cela signifie, lisez la suite !

Définition de l’auto-entrepreneur

Un auto-entrepreneur (ou micro-entrepreneur) est un entrepreneur individuel qui bénéficie d’un régime fiscal et social simplifié (sur demande).

Le statut d’auto-entrepreneur vous permet d’exercer une activité commerciale, artisanale ou libérale indépendante à titre principal ou complémentaire jusqu’à certains seuils de chiffre d’affaires.

 

Grâce au portail en ligne auto entrepreneur Urssaf.Fr, le micro-entrepreneur peut effectuer la plupart des démarches légales : déclaration de chiffre d’affaires, paiement des cotisations, déclaration de changement de situation ou de cessation d’activité, etc.

Qui peut devenir micro-entrepreneur ?

Pour devenir micro-entrepreneur, vous devez créer une entreprise individuelle, une eirl ou une eurl. Cependant, vous ne devez pas opter pour l’impôt sur les sociétés. Ce régime n’est accessible qu’à certains types juridiques d’entreprises. Le statut juridique du micro-entrepreneur est également mentionné.

 

Il n’est pas possible de créer plus d’une micro-entreprise. Une même personne ne peut pas ouvrir plusieurs micro-entreprises à la fois. 

A lire également:  Le Mailing postal pour mon entreprise

Comment devenir micro-entrepreneur

Il suffit de déclarer sa micro-entreprise

  • En fonction de votre activité (commerciale ou artisanale), vous devrez vous inscrire auprès du centre de formalités des entreprises (cfe) compétent.
  • En ligne sur www.Guichet-entreprises.Fr ou sur le site du Cfe concerné : urssaf, cci ou chambres de métiers et de l’artisanat.
  • Ou sur le site autoentrepreneur.Urssaf.Fr (retrouvez toutes les modalités d’inscription ici).

 

L’Insee vous inscrit au registre national des entreprises (rne), qui vous attribue un numéro de siren (code d’identification de votre entreprise). Si votre activité est artisanale ou réglementée, vous devrez demander votre immatriculation au répertoire des métiers.

 

Vous devrez également demander votre immatriculation au registre du commerce et des sociétés (rcs) si votre activité commerciale est concernée.

Les micro-entreprises sont beaucoup plus faciles à gérer que les entreprises traditionnelles. Il y a encore de nombreuses obligations à respecter. En voici une liste :

  • Les clients sont facturés pour chaque vente.
  • Tenir un registre des reçus.
  • Tenir un registre de tous les achats (uniquement pour la vente de marchandises, d’objets et de fournitures de denrées alimentaires à emporter, consommées sur place, et/ou de services d’hébergement).
  • Seulement si le chiffre d’affaires annuel hors taxes dépasse 10 000 euros, ouvrir un compte bancaire pour l’activité professionnelle.
  • Déclarer le chiffre d’affaires mensuel ou trimestriel et payer les cotisations d’assurance sociale.
  • Déclarer le chiffre d’affaires annuel total, hors taxes, qui a été perçu dans la déclaration de revenus.

Avantages de la micro-entreprise

Des procédures simples

Une fois que vous avez vérifié que vous êtes éligible, vous pouvez commencer à créer votre structure en ligne grâce à des procédures en ligne simples.

A lire également:  L'infogérance des serveurs - une décision importante

Les démarches pour mettre fin à votre activité sont très simples et peuvent être effectuées en ligne. Vous pouvez vous rendre sur le site de la cfe pour déclarer votre cessation d’activité.

 

Des obligations simplifiées

Vous payez une cotisation sociale par mois ou par trimestre, selon le montant de vos revenus.

Le taux de votre activité varie.

  • 22% pour les prestations de services (11% jusqu’à la fin du 3ème trimestre en cas d’utilisation de l’accre).
  • 12,80% pour l’activité commerciale (6,40% jusqu’à la fin du 3ème trimestre si vous pouvez bénéficier de l’accre).
  • Exclusion de la TVA

Vous pouvez vendre vos produits et services en franchise d’impôt car vous pouvez bénéficier de l’exonération de la TVA. Si vos clients sont des particuliers, vous serez plus compétitif sur le marché. Pour en savoir plus, vous pouvez aller voir des médias d’entrepreneurs

Quel est le processus de requalification d’un auto-entrepreneur en salarié ?

Si l’auto-entrepreneur n’est pas réellement indépendant dans l’exercice de ses activités professionnelles, mais qu’il est au contraire contrôlé ou dirigé de manière étroite et permanente par le donneur d’ordre, le tribunal du travail peut décider de la requalification de l’auto-entrepreneur en salarié.

 

S’il existe un lien de subordination. L’auto-entrepreneur doit être maître de ses tâches et de son travail, de ses recherches, de ses clients, de ses fournisseurs et autres détails. La requalification d’un contrat de service en contrat de travail peut avoir des conséquences importantes.

  • Possibilité de versement d’une indemnité pour préjudice moral ou matériel
  • Pendant la durée d’exécution du contrat, paiement des cotisations de sécurité sociale
  • Pénalités pour dissimulation ou travail non lié à un salaire
A lire également:  Vos locaux ne peuvent plus accueillir tout votre mobilier et autres affaires : pensez au box de stockage

 

Elimit est un blog sur la technologie et les affaires qui offre des conseils sur la façon de réussir dans le domaine de la technologie, et de réussir dans le développement des affaires et du travail.