5 choses à savoir sur les GAFA

GAFA est l’acronyme utilisé pour désigner les 4 géants du numérique que sont Google, Apple, Facebook et Amazon. Ces entreprises à elles seules constituent une forte puissance économique et sociale. Leur influence dans le monde est un sujet qui inquiète la plupart des pays européens. Découvrez, dans ce billet, 5 choses que vous devez savoir sur les GAFA.

Les GAFA sont égaux aux Pays-Bas en termes de PIB

La Hollande occupe la dix-septième (17e) position dans le classement des puissances économiques du monde. Cependant, le produit intérieur brut de cette nation est presque égal à ce que les GAFA ont généré comme revenu au cours de l’année 2020. Selon campustech.fr et bien d’autres médias spécialisés, la marge de progression des GAFA en termes de chiffre d’affaires est encore énorme pour les années à venir.

En effet, les GAFA, en 2020, ont totalisé des ventes de plus de 920 milliards de dollars américains avec moins d’un million d’employés dans le monde (chiffre approximatif). Les Pays-Bas, quant à lui, dispose d’un produit intérieur brut de 913 milliards de dollars. La population de ce pays était estimée à 17.5 millions d’habitants la même année. Ainsi, cette nation est moins performante que les GAFA en matière de revenu brut par individu.

Maximisation fiscale au niveau industriel

En 2011, les GAFA et Microsoft ont versé un total de 37.5 millions d’impôts sur leurs sociétés en France. Dans la même période, leur chiffre d’affaires envoisinait les 8.1 milliards d’euros. Selon Greenwich, ces cinq entreprises payent vingt-deux fois moins d’impôt que ce qu’elles devaient verser. Ils arrivent à faire cela en pratiquant diverses techniques d’optimisation fiscale. Sur l’année 2011, le gouvernement français avait donc enregistré une perte d’environ 800 millions d’euros.

A lire également:  Mon Bureau Numérique : Ce qu'il faut savoir

Croissance puissante

Le Gafam Google avec youtube, Apple, le Gafam Facebook avec What’s app et le géant Amazon ont chacun connu une progression remarquable sur leur marché. Google par exemple a juste utilisé quatre années pour se hisser au premier rang des navigateurs. En effet, Internet Explorer enregistrait 60 % de parts de marché en 2008. Il faut attendre 2012 pour voir Chrome (navigateur développé par Google, la même année) le dépasser. Cet exploit a été réussi en seulement 4 ans.

Quant à Apple, il écoulait plus de trois millions d’Ipad en l’espace de 80 jours en 2010. Ce record est dix fois supérieur à ce que Microsoft avait enregistré en 2001 avec la tablette Windows XP. Chez les internautes américains, Facebook a réussi à occuper 16 % du temps passé sur internet en dix ans. Enfin, Amazon, pour sa part, n’a pas tardé pour devenir la première plateforme mondiale d’e-commerce.

Désir de domination

D’après une étude menée par FaberNovel, chacun de ces 4 géants renforce sa position sur le marché par des partenariats ou des rachats. Sur les secteurs clés de la transformation numérique, vous verrez la présence des GAFA. Dans le domaine de la santé par exemple, Google est représenté par Google Calico, Facebook par Move, Apple par Health Kit et Amazon par Market place.

Sur le plan financier, vous avez Wallet pour Google, Apple Pay pour Apple, Friend-To-Friend Payment pour Facebook et Payment API pour Amazon. En matière d’énergie, de finance et de divertissement, les GAFA sont également présents.

Une forte réserve monétaire

Les quatre géants américains disposent de plus de 123 milliards de dollars en termes de réserves financières. Apple et Google possèdent la majeure partie de cette somme. Sachez aussi que ce montant est largement suffisant pour racheter les cinquante start-ups les plus connues de l’époque actuelle. Pour ne pas supporter des taxes américaines, les GAFA conservent une bonne part de cette réserve financière dans les paradis fiscaux.

A lire également:  À quel GAFAM appartient Instagram ?

Elimit est un blog sur la technologie et les affaires qui offre des conseils sur la façon de réussir dans le domaine de la technologie, et de réussir dans le développement des affaires et du travail.